La Cité Perdue

Team Officielle de Rise of Lords
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La grande aventures de deux héros.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
olket



Masculin
Nombre de messages : 1074
Age : 24
Espions :
180 / 180180 / 180

Weres :
0 / 200 / 20

Héraults :
5 / 165 / 16

Krakens :
0 / 1000 / 100

Tours de garde :
10 / 1810 / 18

Saboteurs :
35 / 3535 / 35

Dragons : 0

Date d'inscription : 27/04/2011

Feuille de personnage
Points de Force: 0
Points de "Défi": 0
Blâme Blâme:
0/0  (0/0)

MessageSujet: La grande aventures de deux héros.   16/5/2011, 17:42

Tandis que l’aurore dardait ses premiers rayons sur les montagnes de la Désolation, une brume épaisse l’entourait; Comme pour la cacher des regards extérieurs.
Il était de connaissance courante que ces montagnes dissimulées en ses grottes canailles, bandits, voleurs et autres….
Mais en cet instant de l’aube le décor était encore vierge de toute présence.
Malheureusement ce décor fut troublé par la sortie d’un homme de ces montagnes.
Seul, on le voyait sortir de la brume, il marchait fièrement, d’un pas droit. Mais au fur et à mesure de son approche, on constatait une scène bien différente.
Sur son bouclier fissuré était planté deux flèches, son épée était brisée et personne n’aurait était capable de décrire ses vêtements originaux. Désormais déchirés, couvert de boue et de ce qui semble être du sang.


Malgré cet horrible descriptif le seigneur Olket était en bonne forme, pas une blessure ne se trouvés sur cet admirable corps.

« Bon, il me faut maintenant trouver un guerrier pour m’accompagner dans mes futurs recherches ; Je n’ai pas tué tous ses hommes pour rien… Leur carte est à moi !!! »
Le rire qu’il fit ensuite fit fuir les corbeaux environnant.
« Je chercherais l’homme valable tout en rentrant à la Cité Varden. »

Une fois la décision prise et un cheval trouvé il partit aux galops vers son futur compagnon.
Il n’arriva à la Cité que le lendemain, l’aube ne tarderait pas à se lever. Il dut faire impression aux gardes de la Cité vu son allure et les regards qu’on lui porté. Il c’était décidé pour le seigneur Boradore (Bora-Bora pour les intimes) lors de son chemin. Ne sachant où se situe sa demeure il demanda aux gardes. La réponse fut une énigme.


« Sa demeure se trouve près de ses frères. »

L’énigme était simple, ses frères étant des glands, sa demeure se trouvé dans le jardin des chênes.
Malheureusement une fois arrivé il constata que le seigneur Boradore non seulement était réveillé mais effectué déjà des recherches… Il recherchait son slip…
Après une telle vision Olket décida de rechercher une autre personne.

Il parcourut la Cité réfléchissant et se rappela d’une guerrière…

Son nom seul inspiré la terreur aux plus forts des guerriers, les hommes les plus braves fuyaient devant elle et les rois abandonnés leur trônes dans l’espoir, futile, de garder leur vie.

La Guerrière KAYOMA !!!

« Avant de partir à sa recherche je ferais mieux de me laver et me changer. » *Elle sera surement dure à convaincre de m’accompagner autant être présentable*

Une fois ceci fait, les recherches débutèrent.
Vue l’heure matinal il pensa la trouver vautrée, imbibée d’alcools, dans une porcherie. Mais ce n’était pas le cas. Ainsi Olket alla la recherché dans son lit ; Elle y était… Paisiblement endormi. Il avait tout de même eu raison pour un point, au vue de l’odeur elle était bien imbibée d’alcools.

« Kayoma réveillez-vous !!! »
La supplique prononcée plusieurs fois n’eut aucune réponse, les claques aussi… Puis l’illumination !

« La Cité brûle !!!! »

Enfin un mouvement sembla s’amorcé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
autre
Apprenti Narrateur
Apprenti Narrateur


Masculin
Nombre de messages : 540
Age : 119
Espions :
180 / 180180 / 180

Weres :
20 / 2020 / 20

Héraults :
16 / 1616 / 16

Krakens :
0 / 1000 / 100

Tours de garde :
5 / 185 / 18

Saboteurs :
1 / 351 / 35

Dragons : 20000

Date d'inscription : 06/04/2010

Feuille de personnage
Points de Force: 0
Points de "Défi": 0
Blâme Blâme:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La grande aventures de deux héros.   16/5/2011, 23:18

- MAIS TU VAS LA FERMER A UN MOMENT OUI SOMBRE CRÉTIN ?!

Déjà réveillée au bout de quelques appels de la part de l'apprenti Varden, Kayoma avait décidé de rester sans réaction pour simuler un sommeil profond. Elle osait espérer que l'importun se décourage aussi vite que possible et la laisser continuer sa nuit qui avait commencé il y a à peine trois quart d'heure. Elle prit sur elle pour encaisser sans répondre, aussi difficilement que possible, la série de torgnoles que l'on lui assignait. C'est l'annonce de la cité en train de brûler qui la fit sortir de ses gonds.

Poussée par l'adrénaline, la vengeance et la rage, elle dégagea vivement les draps la couvrant pour sortir du lit et attribuer un puissant coup de poing à la mâchoire d'Olket. Ce dernier, n'ayant rien vu arriver, n'eut le temps d'anticiper quoi que ce soit, et fit volte face avant s'écraser lourdement contre le parquet. Une petite dizaine de secondes suffit à la jeune femme pour récupérer sa dague qui avait glissé le long de sa cuisse dans le lit. Sa tête lui faisait horriblement mal, mais la volonté que lui procurait son envie de vengeance était plus forte. Dès que l'homme a terre se retourna sur le dos, elle le saisit par le col pour le relever et le plaquer brutalement contre le pan de mur le plus proche. De profil, le poignet droit serrant fermement le haut de l'apprenti, l'autre derrière elle tenant la dague, prêt à embrocher les vêtements avec le mur ; elle força les deux regards à se fixer. Au milieu de son iris coloré d'un bleu aussi clair qu'à son habitude, les pupilles soutenaient profondément son regard. Le blanc de ses yeux étaient encore rougit par la fatigue et l'alcool. Terrifiant, c'était le mot ; peu à peu, un air démoniaque pouvait être perçu en elle.


- On ne t'a jamais appris à ne pas frapper tes supérieurs ? On ne t'a jamais dit qu'on ne frappait pas les femmes ? On ne t'a jamais dit de ne pas rentrer sans autorisation dans des quartiers où tu n'as rien à y faire ? Tu es dépourvu de logique au point de te dire que tu allais pouvoir rentrer sans autorisation dans les quartiers d'une de tes supérieures pour la réveiller à coup de baffes, sans conséquences ?
Je n'ai aucune envie de savoir ce que tu viens faire ici, ni pourquoi tu es venu. Je te conseille par ailleurs de ne pas essayer de me l'expliquer, puisque quoi que tu diras, ce sera une mauvaise raison.


Sans rien dire de plus, elle attrapa l'épaule droite d'Olket pour l'écarter du mur. Après s'être placée derrière, elle enfonça légèrement la pointe de sa dague sur une omoplate pour forcer son bourreau à avancer là où elle le souhaiter ; direction la sortie ! Furax contre ses gardes complètement incompétent sur cette affaire, elle profita de passer dans les couloirs pour faire un avertissement globale

- Je vous rappelle, bande d'incapables, que si l'on vous paye pour monter la garde dans ces quartiers, ça n'est pas pour dormir et laisser entrer le premier abruti bien habillé passant par là. Est ce que le vent, aussi rapide peut-il être, qui traverse votre esprit vous a laissé imaginer un instant que cette personne est un assassin ?
C'est la dernière fois que je passe l'éponge sur un tel dérapage, AIS-JE ÉTÉ CLAIRE ?!
Et que l'on m'apporte un arc et un carquois remplit de flèches à l'entrée du bâtiment aussi...


L'archère avait un caractère imbuvable à toute heure de la journée et avec tout le monde ; elle venait d'en refaire la preuve à ce moment là. C'était radical, certes, mais pas moins efficace. En effet en l'espace de quelques minutes, une effervescence se mit en place dans toutes les pièces du bâtiment. Satisfaite, d'une telle autorité, elle força la marche pour en finir aussi vite que possible, d'autant plus que ses douleurs à la tête finissaient d'arriver à la limite du supportable. Une fois arrivée à la sortie, elle rangea sa dague, récupéra l'arc et les flèches et reprit la parole

- Bien, à présent, dès que je t'aurais dit pour la dernière fois de quitter ce lieu, il te restera exactement cinq secondes avant que tu me serves de cible mouvante pour mon entrainement matinale de tir à l'arc. Ca va ? Les règles ne sont pas trop compliquées ? De toutes façon, tu n'as pas le choix alors je te conseille de courir aussi vite que possible... FOU MOI LE CAMP D'ICI !

Olket prit alors ses jambes à son coup et fuit se cacher derrière le premier buisson pour se mettre hors de portée de tir. Essoufflée, Kayoma baissa la tête et les épaules en fermant les yeux. elle se passa un main sur le front puis dans les cheveux comme pour se masser le crâne. Quelques petites secondes s'écoulèrent, après lesquelles elle se retourna pour revenir d'un pas lourd dans sa chambre. Une fois à l'intérieur, elle claqua la porte, se sépara de son armement et se laissa s'écrouler en gémissant sur le lit, le tête sous un oreiller, sans prendre la précaution de réajuster ses vêtement.

- AIIIIIIE... Je le hais, je le hais, je le hais... Ma tête. J’ai mal... Je le déteste....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
olket



Masculin
Nombre de messages : 1074
Age : 24
Espions :
180 / 180180 / 180

Weres :
0 / 200 / 20

Héraults :
5 / 165 / 16

Krakens :
0 / 1000 / 100

Tours de garde :
10 / 1810 / 18

Saboteurs :
35 / 3535 / 35

Dragons : 0

Date d'inscription : 27/04/2011

Feuille de personnage
Points de Force: 0
Points de "Défi": 0
Blâme Blâme:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La grande aventures de deux héros.   17/5/2011, 20:05

*J’aime ce buisson, je ne le quitterais plus jamais ce buisson…*

« […] qu'on ne frappait pas les femmes […] » *Avec une poigne pareille ça reste à prouver, personnellement j’ai des doutes… Moi qui m’étais fait tout beau…*

Le soleil eu le temps de s’installer confortablement dans le ciel, propre de tous nuages quand Olket sortie enfin.

« Il n’y a pas à dire c’est une belle journée » Le vent caressé délicatement les parties de son corps dont les vêtements déchirés, par la rencontre avec « une tigresse », ne protégeaient plus rien. Mais il faisait bon, ça ne le dérangeait pas.

*Bon je n’ai pas le temps de m’attarder. Ce qui est sûr c’est que je n’irais pas demander de l’aide à quelqu’un d’autre, cette rencontre a été traumatisante.* Ainsi lorsqu’un sifflement se faisait entendre il se jetait a terre pensant que les flèches pouvaient encore arriver.
A cause de cet handicape le chemin vers les écuries fut particulièrement long ; Et ridicule diraient ceux l’ayant vue se jetais dans un abreuvoir pour les chevaux tandis qu’il passait près du camp des archers. Après que les rires le ramenèrent a la raison il se jura de bruler le camp des archers dans sa citadelle et d’y faire pendre chaque archers. Un tel ridicule dans sa demeure ne saurait être toléré.

Heureusement lorsqu’il arriva aux écuries ses vêtements étaient secs.
Il reprit son cheval, tout en dédommageant l’écuyer qui en avait pris soin, vérifia que ses armes y étaient et enfin, après avoir jeté son arc, il partit.

Ce n’est que lorsqu’il traversa la grande porte, sur le pont levis qu’il remarqua que le seigneur Boradore avait lui réussit sa recherche… Il décida d’accélérer l’allure…

Sa recherche à lui consisté à trouver un trésor dont les bandits c’étaient vantés après sa capture. Mais trop confiant ils ne lui avaient pas enlevés ses bottes. Une fois sa dague récupéré et un âpre combat mené il avait pu s’emparer de la carte.
Seul un des bandits avait réussi à échapper au massacre.

*Revoyons cette carte encore une fois pour vérifier le chemin*
Si Olket avait résisté à l’abreuvoir sa carte non, les écrits étaient illisibles et le dessin avait tout simplement disparu. Il jeta donc la carte devenu inutile par la force des choses.
Mais sa mémoire lui serait enfin utile elle ! Ainsi il se souvenait du dessin, représentant une clairière reconnaissable par son rocher de taille humaine et en forme de crane. Mais ce dessin ne servirait qu’à la fin.
Pour l’instant l’écrit primé, en substance il disait :


« Tu devras entrer dans la forêt où la magie vie avec ses habitants,
Tu chercheras le château de leur ennemi,
Tu trouveras à l’intérieur le souterrain qu'ils leurs a permis de fuir le jour de leur défaite,
Tu parcourras se tunnel jusqu’au bout,
Tu marcheras ensuite 258 pas vers l’Est pour trouver la clairière,
[…] Le crane détient la clef […] »
La fin lui échappé ainsi que les rimes du texte mais l’essentiel était là..

« S’il le faut je retournerais la clairière pour trouver se trésor… MINCE !!! J’ai oublié de prendre une pelle !!! »
En même temps que le jour décliné, il se dirigea vers le village le plus proche.

Il arriva juste à temps pour acheter une pelle à un marchand mais il trouva son œil trop suspicieux a son gout et décida de dormir a l’écart du village.
Il trouva une prairie à quelque mètre du village, l’herbe était rase, il prit du petit bois et s’alluma un feu. Il put ensuite s’allonger, la tête posé sur sa selle l’épée à sa droite son bouclier à sa gauche et sa dague dans sa botte. Il pourrait dormir en paix.

La nuit fut calme mais courte, la cause au cauchemar où une archère cinglé cherché à l’étripé…

Après un déjeuner copieux pris dans ses réserves, il scella son cheval et se remit en route.

Le nombre de forêt magique sur Inutopia est aussi nombreux que le nombre de Varden dans une taverne un jour de canicule… De grand froid aussi… Ou encore pour fêter un évènement… En fait il y a à chaque fois une raison au nombre de Varden présents dans une taverne.
Mais s’il ne se trompait pas il s’agissait de la forêt des Elfes de Taraya et le château ennemi désigné était celui des Korrigans.
La chance était de son coté, il avait dans sa jeunesse fréquenté les Korrigans et avait même fui avec eux…

« Allez hue Hortense hue !!! »
Et il partit tout en chantant dans le soleil levant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ricou



Masculin
Nombre de messages : 5864
Age : 19
Espions :
180 / 180180 / 180

Weres :
0 / 200 / 20

Héraults :
8 / 168 / 16

Krakens :
20 / 10020 / 100

Tours de garde :
17 / 1817 / 18

Saboteurs :
35 / 3535 / 35

Dragons : 100

Date d'inscription : 20/09/2007

Feuille de personnage
Points de Force: 55
Points de "Défi": 24
Blâme Blâme:
1/3  (1/3)

MessageSujet: Re: La grande aventures de deux héros.   17/5/2011, 20:44

Apparte a écrit:

Je l'ai quand même connu plus agréable au réveil la petite.
Mais les douces caresses matinales remplaçant les baffes, ça se comprend.
:peace:

_________________
L'ennemi est bête : il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui !
Pierre Desproges

Une p'tite pièce pour les artistes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
autre
Apprenti Narrateur
Apprenti Narrateur


Masculin
Nombre de messages : 540
Age : 119
Espions :
180 / 180180 / 180

Weres :
20 / 2020 / 20

Héraults :
16 / 1616 / 16

Krakens :
0 / 1000 / 100

Tours de garde :
5 / 185 / 18

Saboteurs :
1 / 351 / 35

Dragons : 20000

Date d'inscription : 06/04/2010

Feuille de personnage
Points de Force: 0
Points de "Défi": 0
Blâme Blâme:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La grande aventures de deux héros.   19/5/2011, 00:52

Dormir, tomber du lit, manger, dormir. Voilà comment en quelques mots la journée de Kayoma pouvait se résumer. Le genre de journée qu'elle même détestait vivre. Elle avait l'impression d'avoir perdu son temps, et généralement s'en suivait un moral pas très joyeux. Comme tout le monde, en se réveillant le surlendemain, elle se jura d'arrêter de céder autant au ''joies'' de l'hydromel et des nuits blanches... De belles paroles raisonnables qui allaient certainement être violée dans les jours à suivre... Comme tout le monde.

Pour se changer les idées, elle décida de se rendre à la chasse. Après s'être changée, elle récupéra son arc et son carquois accrochés au mur. Lorsqu'elle récupéra sa dague, déposée à un endroit inhabituel, elle se souvint des baffes encaissées la veille. Un sourire amer se dessina sur ses lèvres ourlées. Malgré les heures passées, elle n'avait rien oublié, et sa vengeance à chaud ne lui avait pas suffit.


- Comment s'appelle cet apprenti déjà... Il me semble que son nom sonne comme "Bloqué", ou "Bilboket". Hum, peu importe, je finirais bien par le retrouver à l'école si c'est un apprenti. Mais j'ai des choses plus importantes et intéressantes à faire pour le moment

Monologue fini, dague rangée, elle sortit de ses quartiers en direction de l'écurie où Ninquelotë, sa jument, l'attendait. Enfin prête, elle passa à côté du piqueur pour avertir de l'heure approximative de son retour. Ce dernier acquiesça d'un hochement de tête et ferma les portes derrière la jeune femme.
- S'il vous plait monsieurs..
Motivée sans réellement trop l'être, elle décida de se rendre à la zone de chasse la plus proche de la cité : Un petit bosquet à quelques kilomètres de la sortie sud. C'était un endroit peu apprécié des chasseurs, une atmosphère insalubre, beaucoup de brigands et pas beaucoup d'animaux. Le voyage fut court et sans encombres, la rosée du matin s'était presque entièrement volatilisée, le soleil commençait à dominer le ciel et une légère brise tiède faisait frémir les feuilles des arbres. Quelques temps après avoir pénétré dans le bosquet, elle entendit une branche d'arbre craquer. C'était déjà assez étonnant d'avoir encore des branches mortes à cette époque là de l'année ; mais encore plus d'avoir une branche exprimant sa douleur en se heurtant au sol. Kayoma n'était pas seule, c'était désormais une évidence. Méfiante, elle sauta de sa monture et l'attacha à une racine le temps qu'elle puisse explorer les lieux.

Arc bandé en mains, elle avançait à tâtons en examinant les moindres cachettes ; mais n'y trouva rien d'anormal. Pire, aucun bruit de pas à part les siens, déjà très faibles, n'étaient audibles. Encore déprimée par sa journée précédente, elle se mit assez vite en tête que tout cela n'était qu'une hallucination auditive à cause de l'alcool et la fatigue... Une de plus. Elle rangea son arc et retourna auprès de sa monture. Soudain, sans raison particulière, ses pieds s'entravèrent les uns dans les autres, la faisant tomber à la renverse. En essayant de se relever, un violent coup de pied dans le dos la fit retomber à terre. L'homme derrière elle riait à gorgé déployé, le visage masqué par des draps enroulés. Dague à la main, ce dernier commença les menaces. Impossible dans cette position de reprendre le dessus sur son agresseur. Doucement, Kayoma roula sur le dos, croisa les mains devant ses lèvres, les bras repliés sur sa poitrine, le menton légèrement baissé et le regard soumis.


- S-il vous plait Monsieur... Laissez moi partir. Je suis prête à n'importe quoi pour que vous me laissiez la vie. Je n'ai pas d'or avec moi, je suis juste venue à la chasse... S'il vous plait, je vous en supplie, s'il vous plait.

Intéressé par une telle proposition, le bandit baissa la garde, laissant le bras tenant la dague ballant. Avec moins de temps qu'il ne faut pour le dire, la jeune femme s'appuya sur son bras gauche pour se relever et frapper d'un violent coup de pied circulaire la main armée. Profitant de l'effet de surprise, elle bondit en avant pour donner un coup de poing à son agresseur.

- Celui ci, il était pour toi Brochette !

Petite pause d'humour pour se calmer avant de se ressaisir. Il faut dire que la chute du bandit était à quelques détails près la même que celle d'un certain apprenti varden la veille. Sans laisser lui laisser le temps de réagir, elle réarma à nouveau son arc et garda sa victime en joue.

- Donne moi UNE bonne raison de ne pas répandre ta cervelle ici même. Juste une.

Tremblant, l'homme à terre passa aux aveux et lui expliqua tout : Son groupe, un trésor, la capture d'un inconnu qui s'ensuivit d'une tuerie et pour finir ce qu'il faisait à présent dans ce bois, et surtout, son envie de rester en vie... Amusée par un tel changement d'intonation de voix en l'espace de quelques secondes, Kayoma ria aux éclats pour l'humilier un peu plus ; après quoi elle accepta de lui laisser la vie sauve contre quelques renseignements sur le fameux trésor. Bien obligé de répondre, le brigand expliqua tout en détail et prit ses jambes à son cou pour fuir après en avoir eu l'autorisation. Perplexe, la jeune femme s'interrogea.

- Que faire ? Y aller ou non ? D'après ce que l'autre m'a dit, un seigneur terrible serait en possession de la carte l’amenant au trésor. Si je me lance dans cette chasse, c'est un coup à tomber nez à nez avec lui ; et ça m'étonnerait que ce genre de terreur soit aussi simple à distraire et à vaincre que cet imbécile de voleur.

Elle retrouva sa monture, perplexe. Une fois sortit du bosquet, elle prit la décision de quand même se lancer dans l'aventure ; après tout, c'est ce genre de challenge où rien n'est certain qu'elle aimait. Difficile de s'orienter sans boussole, heureusement, elle avait quelques notions d'orientation via le soleil. Quelques rapide calculs lui indiqua la direction à prendre. Plusieurs dizaines de minutes s'écoulèrent, un long trajet durant lequel Kayoma essayait de s'imaginer à qui risquait elle se se battre. Des cris étranges la ramena à la réalité. Il s'agissait d'un cavalier maladroit, instable sur sa selle en train d'essayer de faire avancer au galop sa jument... Hortense d'après ce que l'on pouvait discerner. Forçant l'allure, l'archère se rapprocha du clown à cheval qui la précédait. Arrivée suffisamment près, elle crut tomber de sa selle en reconnaissant son baffeur. D'un coup sec, elle força sa jument à s'arrêter devant l'autre pour stopper le convoi

- TOI ICI ?! Mais que fais-tu aussi loin de la cité ? Tu as envie que l'on te retrouvé découpé au quatre coins du royaume ? Mais quel sot ! Je n'en crois pas mes yeux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
olket



Masculin
Nombre de messages : 1074
Age : 24
Espions :
180 / 180180 / 180

Weres :
0 / 200 / 20

Héraults :
5 / 165 / 16

Krakens :
0 / 1000 / 100

Tours de garde :
10 / 1810 / 18

Saboteurs :
35 / 3535 / 35

Dragons : 0

Date d'inscription : 27/04/2011

Feuille de personnage
Points de Force: 0
Points de "Défi": 0
Blâme Blâme:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La grande aventures de deux héros.   19/5/2011, 22:26

Il chantait depuis un moment déjà lorsqu’un spectacle vint s’offrir à ses yeux. Haut dans le ciel deux dragons s’affrontés. Les flammes balayés le ciel tandis que les dragons usaient de leurs griffe et de leur crocs dans leur duel.
Le problème fut que lorsque l’un des dragons se retrouva assommé après un puissant coup de patte il tomba juste en face de lui, devant une telle créature Hortense pris de panique se mit à ruer. Olket n’arriva pas à la calmer durant un moment, risquant a toute instant de se faire éjecter, quand enfin ill réussit à la faire arrêter de ruer son comportement nerveux empêcha Olket de la monter de manière « traditionnel ».
Il arriva malgré tout face à la forêt et quelque instant plus tard il entendit le bruit d’un cheval aux galops et avant qu’il puisse se retourner une femme vint se placer devant lui forçant Hortense a s’arrêter par sa seul présence.


« TOI ICI ?! Mais que fais-tu aussi loin de la cité ? Tu as envie que l'on te retrouve découpé au quatre coins du royaume ? Mais quel sot ! Je n'en crois pas mes yeux »

Il ne l’avait pas reconnu avant, la faute au soleil qu’il avait dans les yeux mais la voix ne laissé pas de doute son cauchemar étais revenu. Il pensa fuir durant une seconde mais l’avoir fais une première fois étais déjà assez ridicule. Par chance elle finit par se mettre face au soleil il put ainsi la voir.

« […] Inconscient, il est […] »

*Il est sûr qu’elle ne devait pas être au mieux de sa forme à voir son teint pâle.*

« […] Impensable que […] »

*L’alcool n’avait toujours pas dut se dissiper.*

« Un apprenti qui se promène dans ce coin, j’aurais tout vue… Lorsque l’on va rentrer à la Cité je […] »

Il n’avait pas prêté attention à se quelle disait, plongé dans ses pensés mais elle ne sembla pas s’être arrêté de le sermonner, comme on le ferait à un môme ayant mal agi, depuis le départ.

« […] Et si une embuscade étais prévue dans ce coin, y a tu penser ? Bien sûr que non Monsieur-je réveille-mes-supérieurs-sans-aucune-gène. Tu n’es qu’un… »

Elle n’eut pas le temps de dire ce qu’il pouvait être qu’Olket lui avait mis sa dague sous le cou, ce qui la fit enfin se taire. Il décida de la remplacer.
« C’est pas bientôt fini de brailler ? Je ne suis pas un enfant en manque de protection je suis capable de me défendre seul, je ne suis pas un nouveau née a qui tu vas apprendre la vie, je suis peut être un apprentie chez les Vardens mais surement pas sur les champs de bataille ! »

C’est lorsqu’il reprit son souffle qu’il remarqua que le regard de Kayoma semblais exprimé de sincères regret, mais il n’y avait pas que le regard tout son corps semblait exprimé cette état d’esprit, telle une aura. Mais comme il l’avait dit il n’était plus un débutant et eut le reflex d’esquivé la magistrale claque qu’il lui était destiné. Le problème fut que se reflex lui fit perdre son équilibre et qu’il tomba de sa selle, avant qu’il nu le temps de simplement dire « aie » une épée se trouva sur sa gorge.
« Je ne te perm… » Le reste se perdit dans le croc en jambe qu’Olket lui donna. Une fois les deux à terre le silence sembla revenir à l’abord de la forêt.
Elle était peut être une brillante combattante mais lui n’étais un jouvenceau et l’alcool qu’elle n’avait pas fini de cuvé ne l’aida en rien. Ce fut peut être ses propre constatation car en se relevant elle ne chercha pas à remettre le combat sur l’instant. Elle grommela quelque mots en remontant en selle avant lui dire :


« -Très bien maintenant rentrons a la cité, remonte sur ton cheval et en route.
-Non…
-De quoi ? Ce n’était pas une question, mais un ordre !
-Peut-être mais je dois trouver un trésor. Alors je ne rentre pas tout de suite, je ne vois pas en quoi mon absence gène la Cité, elle sera bref je te l’assure.
-La n’est pas la question, l’endroit n’est pas sûr pour des recherches.
-Je connais l’endroit comme ma poche y ayant déjà vécu. Mais si cela t’inquiète tellement tu n’as cas m’accompagner, une telle garde du corps ne pourrait que me faire plaisir.»

Elle ne sembla pas prendre le terme garde du corps pour un compliment mais l’argument porta malgré tout. Il vit à son air hésitant que la partit étais gagné, le soupir suivant lui apporta le sésame.
« mfffff, d’accord d’accord. Explique moi dont ton histoire de trésor et je jugerais ensuite.»


Il parcourait désormais la forêt depuis un moment, la lumière ne passé que très rarement tellement les arbres étais nombreux, ils se dirigeaient donc dans une quasi obscurité
. Après que tout fut mis sur la table Kayoma avait décidé de l’accompagné et c’est dans un joyeux « Allons chercher se trésor Bilboket !!! » Qu’ils se mirent en route.
Les seules discussions qu’ils eurent par la suite furent que oui il était bien sûr de ne pas s’appelais Bilboket et que oui il était tout aussi sur de n’avoir aucune envie de se faire surnommé ainsi. Elle eut l’ait dépité mais ne dit plus rien. Le reste de la route se produit dans le plus total silence. Autant parce qu’il n’avait rien à se dire que parce qu’ils craignaient la réaction des elfes si ils les trouvés dans leur forêt. Ils avaient beau être un peuple allié une intrusion sur leur territoire ne serais sans doute pas bien vue.
Le soleil devait être couché quand enfin il atteint l’ancienne forteresse Korrigan.


« Voilà c’est ici, maintenant il suffit de prendre l’ancien tunnel de secours des Korrigan.
-Tu sais où il se trouve ?
Lorsqu’ils ont fuis j’étais en ses lieux… Suis-moi »

L’étonnement sembla se peindre sur son visage mais elle ne dit rien. Son visage avait d’ailleurs meilleur mine, elle n’était plus pale et sa démarche était beaucoup plus assuré, elle avait donc enfin récupéré.

Arriver dans une impasse au fond d’un couloir Kayoma semblait attendre la suite avec impatiente


« C’est ici, il suffit de toucher cette pierre est… » Le mur devant eux se déplaça ils purent passer dans le tunnel.

Tout comme dans la forêt le passage dans le tunnel se déroula dans le silence. Un silence pesant, les récents évènements étaient encore vivace dans leurs esprits. La traversé fut lente et suffocante, l’arriver a l’air libre rendit le sourire a chacun.

« -Voilà maintenant il faut faire 258 pas vers l’Est… Où est l’Est d’ailleurs ?
-L’Est est par ici. » Olket commença donc à marcher dans la direction indiqué par l’archère.
« - 158, 159, il faudra récupérer nos chevaux a la forteresse ensuite, 162…
-Je me doute que l’on ne va pas rentrer à pied le trésor sur le dos… »
Ce fut au 233éme pas qu’ils arrivèrent a la clairière »

Clairière qui eut la chance de voir Olket s’aplatir de manière magistrale.

*Ce n’est pas ma journée…*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
autre
Apprenti Narrateur
Apprenti Narrateur


Masculin
Nombre de messages : 540
Age : 119
Espions :
180 / 180180 / 180

Weres :
20 / 2020 / 20

Héraults :
16 / 1616 / 16

Krakens :
0 / 1000 / 100

Tours de garde :
5 / 185 / 18

Saboteurs :
1 / 351 / 35

Dragons : 20000

Date d'inscription : 06/04/2010

Feuille de personnage
Points de Force: 0
Points de "Défi": 0
Blâme Blâme:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La grande aventures de deux héros.   26/5/2011, 19:47

- Oh non... C'est pas possible.

Pendant que l'apprenti se ''rebellait'', Kayoma comprit qu'en fait c'était lui le fameux seigneur avec qui elle était en concurrence pour le trésor. Voyant que ce dernier n'était pas décidé à quitter son objectif pour rejoindre la Cité, elle décida d'agir comme si elle ne savait rien au sujet de cette quête. Feintant de découvrir de quoi il s'agissait, elle accepta de le suivre ; au moins pour ''l'escorter''. Oui, elle n'avait pas confiance en lui et ne le cachait pas vraiment. Une fois la tension redescendue, les deux acolytes se remirent en route.

Arrivés à la clairière où était censé se trouver le trésor, la jeune femme vit l'apprenti s'entraver dans une racine sortant du sol et tomber à la renverse comme... A vrai dire il était difficile de trouver une comparaison tellement la chute était grotesque. Sans plus attendre, elle en profita pour sortir d'un air hautain tout un tas de réflexions désobligeantes.


- ''Je connais l'endroit comme ma poche'', et ben dit donc, qu'est ce que ça serait si tu en le connaissais pas. C'est bien beau de vouloir jouer les chasseurs de trésors, mais quand on ne sait pas mettre un pied devant l'autre c'est pas gagné. Et encore, là je ne parle que de marche. Tu peux faire ton malin par rapport à notre petit duel de tout à l'heure sur lequel tu m'as eu par surprise, mais ça ne fait pas de toi un homme d'arme, loin de là. T'as imaginé simplement le contraire ?! Que cette fois ci ce soit toi le...

Sans prendre le temps de finir, sa phrase, elle se jeta à son tour au sol, esquivant ainsi la trajectoire d'une flèche qui se dirigeait droit sur sa poitrine. Le bruit de la corde d'arc propulsant la flèche résonnait dans sa tête. La poussée soudaine d'adrénaline qui lui permit de se propulser à terre suffisamment rapidement l’essouffla. Frustrée de vivre en si peu de temps deux situations similaires, elle tourna la tête vers l'apprenti en le foudroyant du regard.

- Pourquoi j'ai pas plus insisté pour te faire revenir à la Cité. Je savais bien que je m'en mordrai les doigts. Bref, dès que tu peux va te mettre à l'abri et laisse moi m'occuper d'eux, t'as fait ton quota d'idioties pour la journée.

Elle déposa les mains à coté de ses épaules pour se préparer à bondir

- Et je t'interdis de me faire la moindre réflexion quand à ma chute ; contrairement à toi, la mienne était volontaire.

Sans plus attendre, elle se releva soudainement et profita du premier appui pour se propulser sur la gauche et éviter la seconde flèche en provenance du buisson d'en face. Par mesure de sécurité, elle se servit de son élan pour envoyer une roulade et s'arrêter à proximité du poste de l'archer. Immédiatement, elle plongea aléatoirement ses bras dans le buisson, s'empara de la tunique de l'adversaire et l'en extrada sauvagement en se retournant sur elle même. Une flèche tirée depuis un arbre vint se planter en pleine nuque du pauvre homme. La réponse Kayoma se fit pas attendre. En moins de temps qu'il fallut à l'archer caché dans l'arbre pour tirer à nouveau une flèche, la jeune femme lâcha son détenu, prépara son arc et décocha une flèche en pleine épaule du second sentinelle. Ce dernier tomba de sa branche comme une vulgaire pomme trop mure. Une autre flèche armée, Kayoma tourna doucement sur elle même pour s'assurer que la zone était bien sécurisée. Cela fait, elle relâcha la corde et fit signe à l'apprenti de sortir de sa cachette

- Aller vient, la voie est libre J'espère que tu as prévu de quoi creusé car ne compte pas sur moi pour t'aider dans cette tâche. Je monte la garde au cas où d'autres opportuns débarquent inopinément
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
olket



Masculin
Nombre de messages : 1074
Age : 24
Espions :
180 / 180180 / 180

Weres :
0 / 200 / 20

Héraults :
5 / 165 / 16

Krakens :
0 / 1000 / 100

Tours de garde :
10 / 1810 / 18

Saboteurs :
35 / 3535 / 35

Dragons : 0

Date d'inscription : 27/04/2011

Feuille de personnage
Points de Force: 0
Points de "Défi": 0
Blâme Blâme:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La grande aventures de deux héros.   5/6/2011, 14:47

*Voilà je me plante une fois et l’autre grande courge peut pas s’empêcher de se moquer… Si seulement elle pouvait se ramasser aussi…*

C’est à ce moment que le bruit de l’arc se fit entendre et que la grande guerrière Kayoma se jeta a terre pour se retrouver dans une position des plus ridicule.

*Merci Admin je t’en dois une.*

« - Et je t'interdis de me faire la moindre réflexion quand à ma chute ; contrairement à toi, la mienne était volontaire. »

*Volontaire peut être mais surement tout aussi ridicule. Bon maintenant faut s’occuper des archers. *
Mais avant qu’Olket eu fini de formuler sa penser Kayoma se jetais déjà sur ces agresseurs.

*Et voilà pas que j’esquive des flèches que j’attrape les gens par la peau du cul, que je me dandine devant mes ennemis tout en leur foutant une branlé… Elle m’énerve elle m’énerve c’est fou comme elle m’énerve…*
Puis le calme revint dans la clairière.

« -Bon si tu as fini ton petit numéro je vais chercher le trésor… Il est où ce rocher en forme de crane ?...
-Là bas, de l’autre côté du ruisseau fit l’archère tout en pointant son bras pour aider le jeune seigneur.
-Merci je l’aurais bien trouvé moi-même.»
*Elle trouve un rocher et elle est contente pffffffffff, Bon alors le trésor… Que disais la carte déjà… Ah oui la clé se trouve dans le crane.*

Tandis qu’Olket chercher la clef Kayoma vérifier qu’il ne rester pas quelques bandits tapis dans les branches mais elle fut soudain déranger par un cris…
«AIEEE !!!»
…Qui au vue du son devait provenir d’une petite fille…
«Hiiiiii quel horreur !!!»
Fille qu’elle voyait entre 6 et 7 ans avec des couettes, toute en poursuivant ses pensées elle banda son arc en se rapprochant de la source du cri… Elle ne put empêcher un fou rire en ne rencontrant aucune fillette juste l’apprenti se tenant le pouce…
« Arrête de te moquer, une horrible bête sauvage a voulu m’arracher la main, quand je l’ai mise dans l’œil du crane ! »
Entre deux fous rires kayoma partit à la recherche de ce terrible animal. Lorsqu’enfin elle se calma elle vit le monstre… Un adorable petit écureuil surement déranger par Olket… Et son fou rire reparti de plus belle. Tout en attrapant l’écureuil elle vit quelque chose briller à la lueur du rayon de soleil qui passait, c’était une clef… Sans avoir le temps de réagir elle lui fut retirer des mains pas l’apprenti bien audacieux.

« - Voilà ce dont j’ai besoin, maintenant faut trouver le coffre !... Mais je ne sais pas où il est enterrer…
- Creuse partout alors…
- Tu ne peux pas m’aider ?
- Tu es le seul à avoir une pelle !
- Et tes mains tu ne peux pas t’en servir… » La dernière phrase étant dite à voix basse la guerrière ne put relever.
Après plusieurs heures de trou fait au hasard dans la clairière un « clong » caractéristique se fit entendre.
« Je l’ai trouvé je l’ai trouvé ! »

Les cris de joie firent sursauté la combattante qui dormais paisiblement dans l’herbe de la clairière, sur son ventre était confortablement installer le fauve, nommer aussi écureuil par certain. Elle se leva donc et regarda l’apprenti fébrile se saisir du coffre et d’une main tremblante l’ouvrir. Le « NOOOOOOOOON » qui suivit ne l’encouragea pas à aller voir de plus près.

Olket était déçu, énervé, ulcéré contre ce Destin qui se joué de lui. Le coffre était rempli de ce qui devait être à l’origine des parchemins, le temps les avaient vaincu depuis longtemps. Il n’écouta a peine les réprimandes de sa supérieur et lorsqu’elle donna l’ordre de rentrer il la suivit, se tenant à distance du monstre perché sur son épaule qui ne lui inspiré aucune confiance…

THE END

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La grande aventures de deux héros.   Aujourd'hui à 22:44

Revenir en haut Aller en bas
 
La grande aventures de deux héros.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Collection] Deux heures d'aventures (Carquois)
» Astasia grande - evolution vers deux wooofers.
» Jaquet Droz "Les douze villes" et "Grande seconde Email"
» Aventures d’Alix en deux albums ?
» [Discussion] Que c'est-il passé en M30 ? De la Grande Croisade !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cité Perdue :: La Grande Place d'Himona :: La Hutte des Érudits-
Sauter vers: